ASSEMBLEE GENERALE PROVINCIALE DU 11 JUIN 2016

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT DU BUREAU REGIONAL D ARBITRAGE

DU HAINAUT

 

 

 

 

 

Monsieur le Vice-Président fédéral et Secrétaire général de l'ACFF,

Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités,

 

 

Que retenir de cette saison 2015/2016 ?

 

Comme dans tout bilan, de bonnes choses et des éléments qui peuvent interpeller.

 

Tout d’abord, je voudrais souligner avec énormément de fierté et de satisfaction le 4e sifflet d’or de notre arbitre international Sébastien Delferière quinous fait l’honneur de sa présence.

 

Transcendant voici seulement quelques jours sur les pelouses françaises, cette récompense est le juste prix pour sa force de travail, son humilité à vouloir sans cesse s’améliorer et le juste aboutissement des chocs du championnat de la Pro League que notre arbitre numéro un maîtrisa souvent avec un haut degré de perfection.

 

Toutes les instances provinciales s’associent à ces félicitations.

 

Il nous reste à lui souhaiter de gravir prochainement l’ultime échelon de l’arbitrage international qui pourrait lui ouvrir les portes de la Coupe du Monde 2018 !

 

Je soulignerai ensuite le recrutement hennuyer qui bat une nouvelle fois tous les records de l’ACFF avec 100 nouvelles admissions et 5 réadmissions.

 

Facteur supplémentaire de satisfaction, 76 d’entre eux (soit près de 73% !) ont 20 ans et moins, assurant ainsi le renouvellement naturel des cadres et la base numérique permettant un travail de fond pour assurer qualitativement les promotions vers les étages supérieurs provinciaux d’abord, de l’ACFF et nationaux ensuite pour certains d’entre eux.

 

 

Cette jouvence engage à un encadrement très professionnel pour les accompagner dans la recherche de la technicité arbitrale, de la juste lecture du jeu et de la personnalité de gestionnaire d’évènements.

 

Comment passer sous silence l’investissement à nouveau colossal des 28 observateurs du Bureau régional de l’arbitrage du Hainaut qui, au travers de près de 1500 missions d’observation sur le terrain auxquelles il faut ajouter l’apport paternaliste des parrains, ont accompagné les arbitres dans la recherche du mieux faire et du mieux être tout en étant également à vos côtés, vous les clubs, dans de multiples circonstances.

 

Cette offre formative d’une richesse exceptionnelle a permis à près de 60 arbitres d’équipes premières d’évoluer de catégorie en début de saison, durant la saison et en fin de saison.

 

Ce faisant, le Bureau régional d’arbitrage, tout en garantissant un équilibre de qualité entre les anciens qui reçoivent notre respect et les jeunes pousses en amélioration permanente, assure la meilleure efficience possible dans la direction des rencontres permettant ainsi la régularité des compétitions.

 

Après un parcours formatif très exigeant et des coordinations riches en échanges, trois arbitres (dont deux de 22 ans) et trois arbitres assistants rejoignent le second niveau de l’arbitrage amateur ACFF.  Félicitations donc à Abdessedik ANAOUJI, Anthony LETELLIER et Christophe DEZOMBERG pour les premiers et à Frédéric STALPORT, Patrick ARTISIEN et Axel FRANCOIS pour les seconds.

 

Il reste à leur souhaiter la meilleure évolution possible dans ce nouveau paysage du football amateur de l’ACFF sachant que la réforme des championnats et la quasi disparition de l’actuelle division II Nationale va rendre à l’avenir les tickets d’accession à l’arbitrage PRO particulièrement difficiles à décrocher.

 

Je soulignerai aussi le travail colossal des désignateurs qui, dans des circonstances parfois peu évidentes, n’ont ménagé aucun effort pour mettre un arbitre à chaque match. Près de 12.000 désignations (hors matches amicaux et tournois) ont ainsi été opérées auxquelles vous pouvez ajouter une moyenne de 12% de remplacements. C’est vous dire le travail de bénédictin de ces passionnés qui se mettent au service des championnats.

 

Au-delà des examens sur les terrains, mes collègues du Bureau régional méritent de nombreux égards tant ils ont été souvent loin de leurs familles mais bien présents au sein de leur autre famille, celle du football de leur province : cours de formation, cours pour candidats arbitres, cours pour les délégués, réunions techniques, réunions dans les ententes, accompagnement des clubs, Centre d’excellence CORE pour la formation des plus jeunes, et j’en passe. Au fil des ans, ils sont devenus, au même titre que vous tous ici présents, des bénévoles professionnels dont l’ACFF pourrait difficilement se passer.

 

A Pierre Schooneyt et Carlos Guerreiro qui nous quittent pour se consacrer à leurs proches, j’adresse la reconnaissance de toute la province et mes remerciements personnels pour ce qu’ils ont apporté à l’arbitrage durant leur remarquable carrière. A Christophe Hemberg, qui rejoint l’encadrement de l’arbitrage provincial après une carrière active de 25 années dont 18 en divisions supérieures, je souhaite un réel épanouissement dans la volonté de servir et de créer.

 

Enfin, je voudrais saluer le diamant qui est gardé précieusement dans le ciment de ce bâtiment provincial : celui de l’extraordinaire mobilisation et de la convivialité unissant toutes les composantes de notre province. Quels que soient les réformes ou les projets de réforme, Comité provincial, Senior manager et personnel provincial, Coupe du Hainaut, Entente des clubs du Hainaut, Young Cup, Formation des jeunes et arbitrage continuent tous à travailler la main dans la main avec la volonté de faire avancer la province … malgré parfois certains esprits chagrins qui préfèreraient diviser ou séparer pour mieux régner…. tous seuls.

 

Dans le second panier, il faut relever le nombre important de démissions actées cette saison. Même si plus de la moitié d’entre elles résultent d’inactivités définitives dont on a voulu s’assurer le plus tard possible avant de décider, il faut quand même relever l’extrême volatilité des passions, accentuée d’année en année.

 

Tant que notre capacité de recrutement est ce qu’elle est, nous pouvons assumer ce « one shot » négatif qui nous fait descendre à 540 arbitres.

 

Il faudra toutefois rester vigilent et assurer à tous les arbitres un respect leur permettant de se sentir bien dans la fonction en dépit des aléas parfois difficiles de la vie familiale et professionnelle.

 

C’est là une mission première extraordinairement importante des responsables de clubs, tant à l’égard de leurs entraîneurs qu’ils doivent diriger, qu’à l’égard de leurs joueurs et de leurs spectateurs qu’ils doivent conscientiser.

 

Car même si, résultante positive de leur politique commune, Comité provincial et BRA peuvent constater une diminution sensible des violences les plus graves à l’égard des arbitres, les contestations verbales blessantes sont loin d’avoir disparu de nos terrains ou de nos gradins. Un petit film à l’issue de cet exposé parlera mieux que tous les discours.

 

Un autre élément interpellant est l’augmentation du disciplinaire prononcé à l’encontre des arbitres, souvent par négligence ou non respect des institutions, quelques rares fois pour des faits plus sérieux. Le BRA, bien conscient de ses obligations à l’égard du duo arbitrage-compétitions, n’acceptera aucun estompement de la norme ni aucune atteinte à l’image que doit dégager la corporation.

 

J’aurais espéré ne pas devoir ouvrir un troisième panier.

 

Qu’il faille réformer l’arbitrage pour le dépoussiérer et lui donner quelques engrais pour des impulsions nouvelles accentuant l’efficience de son développement, quoi de plus naturel bien entendu.

 

C’est d’ailleurs la stratégie du « toujours mieux » du Hainaut depuis 21 ans maintenant qui a abouti, dans son image la plus visible, à la désignation de 4 internationaux et, dans sa vue de tous les jours, à la qualité de l’arbitrage provincial souvent reconnue.

 

Qu’il faille faire des sacrifices justifiables de rationalisation dans un contexte économique et financier difficile pour redistribuer autrement les moyens en regard de nouveaux objectifs, là encore on peut y souscrire même si travailler parfois autrement et le « tout à l’argent » pas nécessairement pour tout le monde peuvent dérouter.

 

L’an « un » de la réforme de l’arbitrage fut douloureux à de multiples égards mais on pouvait encore y trouver une balance positive pour les jeunes arbitres.

 

L’an « deux » qui s’annonce et qui nous est imposé déroute à plus d’un titre.

 

Qu’on en vienne à mettre en péril les fondamentaux du relationnel, tellement essentiels entre les composantes provinciales de base, voire même la viabilité de la corporation, m’interpelle profondément.

 

Si des économies complémentaires doivent être faites, il faut les cibler avec bon sens et non à travers tout.

 

Pourquoi veut on interdire dorénavant aux BRA d’assister aux réunions des Ententes de clubs, théâtre de multiples contacts informels entre le responsable de région (parfois désignateur) et les CQ présents ? On y glane pourtant une multitude d’informations qui permettent çà et là de déclencher parfois des missions « signal d’alarme » ou de recadrer certains arbitres par rapport à leur comportement. Ces contacts enrichissants avec vous tous permettent également, à tout moment et particulièrement en début de saison, de faire passer les messages techniques relatifs aux modifications réglementaires, des lois du jeu, des instructions aux arbitres. Malgré mon insistance pour que cette orientation soit abandonnée, je n’ai pas été suivi et, à moins d’un revirement, nous ne serons plus à vos côtés la saison prochaine.

 

Pourquoi veut on retirer le recrutement d’arbitres des attributions historiques des BRA pour le confier exclusivement aux clubs ? Ces derniers et vous-mêmes les dirigeants, sont-ils prêts, êtes-vous prêts, à assumer seuls cette mission et à s’investir, à vous investir efficacement ? Comment et avec quels bénévoles ?

 

Sur les 173 clubs de la province et leurs 1928 équipes inscrites, seuls 40 (23%) sont en défaut réglementaire de fournir un chiffre global de (seulement) 52 arbitres.

 

Derrière ces chiffres se cachent bien souvent seulement un ou deux arbitres à encore recruter.

 

Et quand le nombre réglementaire sera atteint dans chaque club, qui s’occupera du recrutement nécessaire pour aligner la balance arrivées/départs sur le curseur zéro ? Encore les clubs … ou - ce que je crains - plus personne ?

 

Fallait-il emprunter ce chemin de l’apprenti sorcier ? N’eut il pas été davantage conscientisant de travailler avec ces quelques clubs plutôt que de généraliser une mesure dont personne aujourd’hui ne peut mesurer les conséquences sur le court et le moyen terme, qu’elles soient numériques ou de base qualitative ?

 

Ici encore, malgré mon insistance pour que cette orientation soit abandonnée, je n’ai pas été suivi et à moins d’une intervention extérieure, nous ne nous occuperons plus du recrutement d’arbitres la saison prochaine.

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

En vous souhaitant de très agréables et sans doute courtes vacances et en formulant l’espoir que notre équipe nationale porte bien loin les attentes de toute une nation, je ne résiste pas à soumettre à la réflexion générale une maxime du sociologue et philosophe français Edgard Morin, tirée de son ouvrage « Eduquer pour l’ère planétaire » (2003) :

 

L'idée de vérité est la plus grande source d'erreur que l'on puisse envisager ; l'erreur fondamentale consiste à s'approprier le monopole de la vérité."

 

 

 

 

 

     

Bruno BOËL

Président BRA Hainaut


 

Facebook FootHainaut

Nos sponsors