ASSEMBLEE GENERALE PROVINCIALE DU 15 JUIN 2019

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT DU BUREAU REGIONAL D’ARBITRAGE DU HAINAUT

 

Monsieur le Vice-Président fédéral, Membre du Comité Exécutif

Messieurs les Présidents,

Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités,

 

 

Que retenir de cette saison 2018/2019 ?

 

Il ne faut pas se voiler la face, la saison fut compliquée en matière de désignations.

 

Nous partions avec un cadre d’arbitres en P4 de 39 arbitres pour 55 matches. L’équation était d’emblée impossible. La division juste au-dessus était à peine plus fournie : 34 arbitres pour 32 matches.

 

Week-end après week-end, les désignations se sont apparentées à un parcours du combattant mais également à un jeu de l’oie où, non seulement l’initial ne comblait qu’un maximum de 50% en P4 mais en plus, selon les aléas de la vie de nos arbitres, ce pourcentage se grignotait retrait par retrait d’arbitres devenus indisponibles. 10 jours avant la journée de championnat, nous partions déjà sans réserve, c’est peu dire que cela ne pouvait qu’empirer.

 

On tenta bien de déclasser tout ce qu’on pouvait déclasser de non désigné en P1 et P2 mais il fallut bien vite déchanter car dans ces divisions également il fallut remplacer.

 

Un important travail de préparation durant les mois de septembre à décembre permit l’accession de 20 arbitres en P4 à mi-championnat.

 

La situation s’en trouva un peu améliorée mais pas complètement.

 

 

 

 

 

 

Et fondamentalement, je vous rejoins sur le fait que dans ces conditions aucun palliatif n’est bon : pourquoi moi je n’ai pas d’arbitre, mon match est important pour la montée ou pour la tranche, pourquoi ne pas permuter un arbitre qui est sur un match de moindre importance sur mon match ? Pourquoi je vis cette situation pour la Xe fois ? Pourquoi parfois plusieurs semaines de suite ? Ce n’est pas juste, le club Y lui en a alors que … Pourquoi on m’a retiré mon arbitre pour le remettre en P3 ou en P2 ? Et j’en passe.

 

Alors comment expliquer cela ?

 

Cela fait plusieurs saisons déjà que je tire la sonnette d’alarme sur le fait que l’arbitrage en équipes premières n’attire plus (les arbitres préférant officier le samedi après-midi et le dimanche matin mais réserver à leur famille le dimanche après-midi) et que, compte tenu de la pyramide des âges, de réelles difficultés étaient à prévoir.

 

Nous sommes aujourd’hui en plein dedans.

 

Comme pour les joueurs, la multiplicité des situations de vie familiale, les exigences des conjoints, la flexibilité professionnelle, l’attractivité des produits de courts séjours touristiques complexifient la donne, sans compter les « impondérables » que sont les blessures, les malades, les congés de longue durée pour faire face à des situations de santé ou de famille détériorées ou les « prévisibles » comme les congés pour examens en études supérieures deux fois deux mois chez nos plus jeunes arbitres.

 

Pour combler tous ces aléas, il faudrait un cadre supérieur de 25% aux besoins … c’était vrai il y a plusieurs années mais ce ne l’est plus aujourd’hui.

 

Les désignateurs jonglent donc comme ils peuvent avec une insuffisance de pièces du puzzle et passent des heures et des heures à tenter de trouver la moins mauvaise des solutions … qui ne sera quand même pas acceptée.

 

 

 

 

 

 

La situation 2019/2020 s’est un peu améliorée : 90 arbitres titulaires et occasionnels sont classés pour officier dans les probables 87 matches de P3 et de P4 réunis. Au moins on ne part pas avec un déficit qu’on ne comblera jamais mais c’est encore bien trop juste et ne me demandez pas de vous assurer qu’il n’y aura plus de X …. Il y en aura encore et, à défaut de miracle, les désignateurs seront le plus proactif possible pour les limiter au maximum.

 

Autre élément qui m’inquiète en dressant ce bilan, c’est le retour de la violence physique sur les terrains.

 

Déjà la violence verbale est devenue omniprésente et critiquer ou insulter l’arbitre est visiblement ressenti chez certains  comme un plaisir indicible. Et je vous passe les attitudes inqualifiables de parents devant leurs jeunes enfants joueurs.

 

A cela, déjà inacceptable, est venue s’ajouter une violence physique renaissante avec une augmentation substantielle des voies de fait … jusque dans les tours finals.

 

 Si d’aucuns pensent ré-attirer des arbitres en équipes premières avec ces deux déviances, il se trompent lourdement.

 

Quand on n’a pas beaucoup de quelque chose, on est aux petits soins.

 

Je remercie les trois Ententes qui ont accepté d’augmenter les indemnités des arbitres. Rassurez-vous aucun d’eux – ou vraiment si peu - ne le font réellement pour l’argent… il y a bien d’autres occupations plus rémunératrices et moins « exigeantes »,…

 

Mais cette augmentation minime de quelques euros sera comprise comme une marque de respect qui, en ces temps de vaches maigres, apporte un arc-en-ciel au milieu de nuages encombrants.

 

Quand je parle de vaches maigres, les statistiques que vous avez pu découvrir ne sont pas folichonnes : 81 arbitres « entrants » (64 nouveaux, 14 réadmissions, 3 transferts d’autres BRA), 136 arbitres « sortants », par démissions personnelles ou provoquées, moins 55 au global.

 

 

 

Je noterai cependant la stabilisation du nombre de recrutés, preuve que l’arbitrage attire encore … et dans les nouveaux venus, il y a beaucoup de jeunes, gage je l’espère d’un avenir certain.

 

Ces jeunes ils peuvent avoir en certitude la formation professionnelle qu’ils recevront et l’investissement colossal qui sera consenti pour les faire évoluer dans le plaisir d’arbitrer et à leur rythme.

 

Dans le miroir de la profession qui sera devant leurs yeux, se reflètera l’image de nos deux arbitres hennuyers promus cette semaine au football professionnel : Arthur DENIL (22 ans…) comme arbitre et Nicolas MASZOWEZ (27 ans) comme arbitre assistant.

 

Je leur souhaite le meilleur et surtout une carrière florissante.

 

Derrière eux, se profilent d’autres talents : deux arbitres et un arbitre assistant hennuyers débuteront la prochaine saison flanqués du titre de « candidats au football professionnel ». A eux à bosser, bosser et encore bosser pour pouvoir appuyer sur la clenche de cette porte difficile à franchir.

 

D’autres jeunes prometteurs font de gros efforts pour y arriver, encadrés par un panel formatif structuré, transversal ACFF et de grande qualité.

 

Merci à tous nos arbitres, merci à tous nos arbitres assistants, de quelque division qu’ils soient, pour leur présence semaine après semaine dans la direction de nos rencontres et la recherche permanente de la qualité de leurs prestations.

 

Merci aussi à tous mes collaborateurs observateurs pour leur dévouement sans limite. 1258 missions d’observation provinciales, une bonne centaine de missions transversales ACFF, auxquelles on ajoutera des investissements formatifs ou des présences diverses sans compter les périlleuses désignations et remplacements dont j’ai déjà parlé (près de 29.000 durant la saison).

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour tout ce qu’ils ont pu apporter à Alain Douterlungne, Patrick Delmotte et Françis Lopez, tous trois observateurs et qui ont décidé de donner une autre orientation à leur vie personnelle.

 

Mais surtout un grand merci à deux membres du BRA Hainaut qui quittent la famille officielle des observateurs, atteints par la limite d’âge réglementaire de 75 ans.

 

Michel DUMONT devient arbitre le 13 septembre 1975, il y a quasi 44 ans. Jusque la saison 1990/1991, il évolue comme arbitre et atteint la plus haute division provinciale. Il entre à la CPA Hainaut comme formateur le 1er septembre 1991, soit il y a 28 ans.  Il y restera sans discontinuer jusqu’à ce jour. Promu à la distinction de l’éméritat en juin 2001, Michel, fin pédagogue par sa profession d’enseignant, a pu former des générations entières d’arbitres.

 

André HURTEUX devient arbitre le 28 octobre 1962. Fin technicien, il évolue rapidement de division en division et accède en divisions supérieures en juillet 1975. Là aussi, son ascension est fulgurante puisqu’il se retrouve rapidement en division II Nationale.  Divers aléas le font démissionner le 30 juin 1980. Il s’éloigne des terrains jusqu’au 1er juillet 1994 date de son retour au sein de la CPA Hainaut. Formateur jusqu’en 2003 – année où il accède à l’éméritat - puis membre de la Commission de direction jusqu’en 2011, 1er Vice-Président jusqu’en 2015 et à la suite membre de la Cellule opérationnelle de gestion jusqu’à ce jour, sans compter la lourde tâche de gestion de la région de Wallonie Picarde. Plus spécialement attitré à la formation des jeunes arbitres, André, qui totalise 43 ans d’arbitrage, a encadré de manière professionnelle des dizaines et des dizaines de jeunes qui ne seraient sans doute pas là où ils sont aujourd’hui s’il n’y avait eu André sur leur chemin pour les écouter, les rassurer, les conseiller, les débriefer, les conduire par la main presque.

 

Ils méritent tous les deux notre reconnaissance et je vous demande de les applaudir chaleureusement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

En vous souhaitant de très agréables et sans doute courtes vacances, je ne résiste pas à soumettre à la réflexion des arbitres, des joueurs et des dirigeants de club cette philosophie de Zig Ziglar qui traduit bien les relations qui doivent exister entre tous les acteurs du football :

 

 

 

La vie est un écho

Ce que tu envoies te revient

Ce que tu sèmes, tu le récoltes

Ce que tu donnes tu l’obtiens

Et ce que tu vois dans les autres existe en toi.

 

 

 

 

Je vous remercie.

 

 

     

Bruno BOËL

Président BRA Hainaut

Facebook FootHainaut

Nos sponsors